2021 : Un marathon de funambule !

 

Les vendanges touchent à leur fin. 3 semaines de ramassage minutieux, au fil des maturités de chaque parcelle, de chaque cépage. Ne nous le cachons pas, du printemps jusqu’à la fin des vendanges ce fut un millésime parmi les plus compliqués... De mémoire de vignerons, si l'on veut résumer cette année, citons Jacques Chirac :

"les emmerdes c'est comme la patrouille de France, ça vole toujours en escadrille!"

 

2021 est une année qui n'a laissé aucun répit :

 

Début Avril, et hélas cela devient une habitude, nous avons affronté le gel qui, bon an, mal an, s'est manifesté de manière bien moins violente qu'en 2017 et au final avons été plutôt épargnés en comparaison de beaucoup de nos collègues vignerons dans la France entière. Fort heureusement le temps était sec lorsque le mercure est tombé à -6.2°c, car l’humidité aurait empiré le phénomène. Et nous avons tout de même passé 5 nuits à pulvériser de la valériane soit en tout plus de 12 passages sur certaines parcelles !

Un printemps pluvieux nous fit craindre que les fleurs de vigne avortent, fort heureusement le soleil fut au rendez-vous au moment-clef où la pollinisation permet la promesse des futures grappes.
Pour se rendre compte comme 2021 a été une année particulièrement pluvieuse il faut réaliser que 600mm de précipitation sont tombés de janvier à mi-octobre, dont près de 70% entre mai et septembre, en comparaison sur la même période, en 2020, nous avions reçu seulement 375mm.

Les mois qui suivirent ne furent qu'un stressant parcours de funambule.
Fragile équilibre entre les maladies cryptogamiques et les brûlures de soleil.
- Car la pression du mildiou entre autres demande, pour y faire face, d’être précis dans les traitements et de bien effeuiller les ceps, afin de dégager les grappes d'une accumulation de végétation propice à ces maux.
- Mais trop effeuiller risque d'exposer, durant l'été, les futurs raisins aux rayons du soleil qui parfois viennent griller les grains en formation.
Vous l'avez compris, le choix est cornélien et chaque vigneron fait comme il peut pour accompagner au mieux la plante, afin qu'elle surmonte ces aléas climatiques.

Ajoutons à cela que les importantes chutes d'eaux ont généré en plus des maladies, une accélération et une profusion dans la pousse de la vigne mais également l'herbe, entraînant de ce faite une augmentation significative de la quantité de travail lors des travaux en vert de mai à août, mettant à rude épreuve le moral et le physique du vigneron et des saisonniers.

Cette course de fond s'achève par un mois de septembre frisquet et mouillé, notre super équipe de vendangeurs a dû réaliser un tri de qualité à la vigne pour écarter les quelques grains abîmés et nous permettre de faire rentrer au chai le meilleur de nos vignes.

 

Alors qu'à cette heure tout est dans les cuves, il faut le reconnaître humblement, nous avons été chanceux.
La récolte est, tout compte fait, assez belle.
La vigne nous récompense peut-être des efforts que nous lui avons concédés au fil de la saison.


Nos pensées vont vers nos amis, collègues, pour qui ce millésime n'aura même pas payer le salaire de la sueur.

 

Instantanés de vendanges

AGENDA D'AUTOMNE


Salon des vins "La LOIRE aux 3 Vignobles"Du 12 au 14 Novembre Hippodrome De Saint Galmier Saint Étienne




TATOO JUSTE : Le rendez vous de la transition écologique

20/21 Novembre Parc Expo/ Hall.B - ST-ETIENNE -


 Domaine Les DÉPLAUDE de TARTARAS

7 RUE DU PRIEURÉ - 42800 TARTARAS (LOIRE)

Tel : 04 . 77 . 75 . 91 . 20 - Port : 06 . 16 . 72 . 63 . 38 -

Mail: lesdeplaude.tartaras@orange.fr

Suivez aussi la vie du domaine sur Facebook